LIVRAISON STANDARD GRATUITE POUR LES COMMANDES +50€
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS
LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS
LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS
RÉDUCTIONS MAINTENANT. JUSQU’Á 60% DE REMISE
LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS
15% DE RÉDUCTION SUR LES COMMANDES DE PLUS DE 100€
LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS
JUSQU'À 50% DE RÉDUCTION SUR LES PRODUITS OUTLET
EXPRESS GRATUITE POUR LES COMMANDES +85€
LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS
EXPRESS GRATUITE POUR LES COMMANDES +85€
LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS
EXPRESS GRATUITE POUR LES COMMANDES +85€
LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS

COMMANDEZ AVEC LIVRAISON EXPRESS (GRATUIT AU-DESSUS DE 75€) POUR OBTENIR VOTRE COMMANDE AVANT NOËL

BLACK FRIDAY: JUSQU'À -50%

LA ROUTE VERS BLACK FRIDAY EST LÀ. UTILISEZ LE CODE BLACKFRIDAY POUR UNE RÉDUCTION SUPPLÉMENTAIRE DE 25% SUR VOTRE PANIER

LA ROUTE VERS BLACK FRIDAY EST LÀ. UTILISEZ LE CODE BLACKFRIDAY POUR UNE RÉDUCTION SUPPLÉMENTAIRE DE 10% SUR VOTRE PANIER

LES VENTES ONT COMMENCÉ, PROFITEZ DE JUSQU’À 60% DE RÉDUCTION

Meet Sam Gosling

Découvrez Sam Gosling, skateur, menuisier et Maker Dickies

STORIES | 19.08.2021

Ils ont brisé les codes quand ils ont créé Sam Gosling. Il existe très peu de gens avec à la fois du cran, du culot et de la créativité, capables d’avoir une vie aussi unique et passionnante. Basé dans le Buckinghamshire, Sam est avant tout un fabricant de meubles et un skateur. Il est le roi du recyclage, l'intégrant dans tous les aspects de sa vie, de la construction de skateparks DIY à sa propre maison. Peu de gens peuvent en dire de même de nos jours ! 

Sam a joué un rôle déterminant dans la création et le développement du légendaire spot de skate DIY, The Ballroom. Nous avons pris le temps de discuter avec lui pour nous tenir au courant de sa vie fascinante. Poursuivez votre lecture pour en savoir davantage. 

Salut Sam, merci de prendre le temps de discuter avec nous. Tout d'abord, peux-tu nous en dire un peu plus sur toi ?

Salut, je m'appelle Sam Gosling, je suis fabricant de meubles et skateur. Je travaille actuellement dans un petit atelier dans la campagne du Buckinghamshire. À l'origine je viens d'une petite ville portuaire dans l'Essex.

Quand je vivais encore dans l'Essex, je travaillais sur des bateaux et il y avait une petite communauté de skateurs. Nous nous retrouvions à la gare locale et skations pendant des heures. Il y avait un petit skatepark en acier dans la ville, mais comme la plupart des parks construits au début des années 2000, l'espace n’était pas pris en compte et c'était un mélange de bandes plates et raides et de rails sur lesquels il était impossible de faire du skate. Nous avions également construit quelques bouts de mini rampes dans les jardins de nos parents, mais comme c’était fabriqué à partir de planches pourries que nous trouvions, cela ne durait pas plus d’un été. 

Quand je suis parti pour l'université, j'étais à peu près le seul skateur de ma ville. Je suis allé à High Wycombe pour étudier le design de meubles contemporains à Buckinghamshire New University. Il se trouve qu'un tout nouveau park en béton était en construction sous les arches de la voie ferrée à High Wycombe lorsque je m’y suis installé. Dès que j'ai reçu mon premier prêt étudiant, je suis allé acheter un tout nouvel équipement et j'ai rapidement rencontré d'autres skateurs locaux qui se réunissaient pour faire du skate sur un béton tout neuf. C'est là que j'ai rencontré beaucoup de ceux avec qui je skate encore aujourd'hui. L’université a été une très belle expérience et ceux que j'ai rencontrés sont devenus des amis et des collègues pour la vie. 

J'ai écrit ma thèse sur la tendance des meubles écologiques à l'époque et je suis essentiellement arrivé à la conclusion que les entreprises qui prétendent fabriquer ce type de meubles ne faisaient pas de leur mieux. La façon la plus écologique de vivre est de trouver tout ce qu’on peut sur le bord de la route ou dans une benne, de le réparer et le réutiliser pour son propre usage. C’est ce qui s’est passé avec le skatepark Burnside qui était essentiellement construit à partir de déchets et les communautés vivant dans les tunnels sous Las Vegas se retrouvaient en cas d’orage. 

Cette façon de penser est devenue pour moi une véritable passion et une vraie source d’inspiration pour utiliser tout ce qui nous entoure à notre avantage. Cela m'a amené à accumuler des matériaux comme de vieilles voitures. L’une de ces voitures a d’ailleurs été utilisée pour mon VW Caddy MK1 que je restaure depuis quelques années. Je pense que j'ai juste une passion pour ressusciter les choses. 

Durant l'université, j'ai travaillé au pub local pour ramasser les verres, puis j’ai été promu barman. Après avoir obtenu mon diplôme universitaire, j'ai fini par travailler 6 jours par semaine au pub. Après environ un an de beuverie, de soirées embrumées et de gueule de bois perpétuelle, il était temps que je passe à autre chose. 

J'ai trouvé un emploi dans un petit atelier de restauration de meubles. J'ai beaucoup appris sur les finitions traditionnelles et l'histoire du métier, malheureusement cela ne m'a pas inspiré. J'ai rapidement trouvé un emploi dans une plus grande usine de meubles et j'ai commencé à travailler sur de plus grands projets, à la fois d’intérieur et commerciaux. Encore une fois, après quelques années, je ne me sentais toujours pas inspiré. J'ai décidé cette fois-ci de me mettre à mon compte et ça a été le début de l’aventure. Au cours des deux dernières années, j'ai beaucoup appris et j'ai pu bâtir un réseau de clients et de fournisseurs qui sont devenus des amis. Être sélectif sur les projets que j'entreprends signifie que je travaille toujours sur des choses qui m'intéressent et cela m’aide à repousser les limites de ma créativité.

Sam devant son VW Caddy MK1 portant notre veste Eisenhower

Quels sont tes projets préférés auxquels tu as participé ? 

J'ai eu la chance d'être impliqué dans de beaux projets ces dernières années. Travailler en étroite collaboration avec des créateurs et des marques telles que Nike, Red Bull, HUF, Volcom, Slam City Skates et Vans. Cette année, nous avons complètement rénové le magasin Slam City Skates à Enfield et voir un entrepôt recouvert de moquette crasseuse transformé en un magasin haut de gamme fabriqué en contreplaqué et en béton brut a été très gratifiant. 

La famille Vans a été incroyable, et en travaillant ensemble, nous avons concrétisé leurs idées. J'ai travaillé avec eux sur des aménagements et des vitrines de magasin, ainsi que sur des événements. Construire le Bump to Bar au festival NASS était vraiment sympa. En plus de fabriquer la fausse façade du pub et le skate bar, j'ai pu gérer le bar lors de l'événement. Voir des gens faire du skate sur ce que vous avez construit est l’achèvement ultime de son travail. 

Le Ballroom DIY est légendaire. Peux-tu nous en dire un peu plus ?

Le Ballroom a été retrouvé à l'abandon par l'un des gars. C'était une immense salle remplie de bureaux cassés des années 80, de verre brisé éparpillé à l'intérieur, et de carreaux de moquette sur tout le sol. Il a été construit dans les années 40 pour nourrir et divertir les ouvriers de l'usine Molins qui occupait l'ensemble du site. C’est ici que l’on a fabriqué pendant des décennies des cigarettes et des distributeurs de cigarettes. À un moment donné, le site a été en grande partie rasé et il ne restait plus que 2 bâtiments : le Ballroom et un immeuble de bureaux moderne. Le Ballroom a été converti en bureaux mais a été laissé à l'abandon faute d’argent. 

Quand nous avons découvert le bâtiment et soulevé les premiers carreaux de moquette, nous savions qu’il fallait réaliser tout le potentiel de ce bâtiment. Cela signifiait rouvrir l'espace et enlever la moquette pour révéler le parquet d'origine. Quelle tâche colossale c'était. Nous faisions du skate au milieu des restes de poteaux entre deux séances de déblayage. La grind box que nous avions déjà quelques années plus tôt a trouvé sa place dans le Ballroom. Elle est devenue le ledge Molins lorsque nous avons trouvé l'ancienne enseigne de l'usine et elle s'adapte parfaitement au sommet. C'était son destin. 

Nettoyage de l’espace, photo par Alistair Freeman @countcoldsag

 

Au fil du temps, nous avons ajouté plus d'obstacles. Nous avons réussi à entrer en contact avec les propriétaires assez tôt pour leur expliquer ce qui se passait dans le bâtiment et notre projet. En gros, ils nous ont donné carte blanche, ce qui était assez incroyable. Ils avaient prévu d’aménager le terrain et ils nous ont tout d'abord dit que le bâtiment durerait quelques mois, puis peut-être un an. Nous avons donc juste construit ce que nous pouvions et en avons profité, sachant qu'il pourrait disparaître à tout moment. Ils ne voulaient pas vraiment s’occuper du bâtiment et si des gens qu'ils connaissaient l’occupaient, c'était mieux que de le laisser à n’importe qui. En fait, nous étions les gardiens du bâtiment. 

Les 6 premiers mois ont passé, puis 1, 2, 3 ans plus tard et nous étions toujours en train de construire. Je travaillais à l’époque dans une usine de meubles et ils remplissaient presque chaque semaine une benne de chutes de matériaux, je leur rendais donc service en prenant ces déchets. Il y a des matériaux partout. Il faut juste garder les yeux ouverts. Nous avions toujours besoin d'acheter des matériaux, en particulier pour la dernière couche supérieure des rampes. Cela arrivait si souvent que nous mettions tous de l'argent dans un pot pour les acheter. C'est comme ça que le Ballroom est devenu un terrain de skate si lisse : tout ce que nous avons construit s'intégrait parfaitement au sol. Travailler pour des événements de skate nous a également donné l’occasion d'utiliser des rampes laissées après chaque événement et destinées à la benne. Ces obstacles étaient découpés sur mesure pour s’adapter à la configuration du Ballroom. 

Construction en cours

 

Les dernières années, le Ballroom avait tout pour faire du skate. D'un curb de 15 cm à un quarter de 2,5m pour faire des wallbashs ou wallrides dans un plan incliné. Mini rampe de 90 cm, Euro gap, ledge en descente, 2 pyramides, un manual pad de 6 mètres de long, tremplin, barre à wallie, table, rail : il y avait tout. Même des sculptures incroyables sur lesquelles faire du skate après une séance photo. 

Après plus de 6 ans d’existence, le Ballroom était un endroit où les skateurs locaux se retrouvaient quelques soirs par semaine et presque tous les week-ends. C'était aussi un endroit qui rassemblait de nombreuses personnes de la communauté skate au sens large. Lieu de rencontre pour de nouveaux groupes venant de tout le Royaume-Uni, le Ballroom était devenu l’étape d’un road-trip en voiture et d’un week-end pour ceux qui habitent plus loin. Ce fut gratifiant de partager ce que nous avons construit avec tant de personnes. Il y a tellement de bons souvenirs qu’il est difficile d’en choisir un. C'était juste un plaisir de construire un skatepark avec mes amis dans un bâtiment incroyable. Il était impossible de ne pas passer chaque minute à chercher du matériel, à planifier et à construire de nouveaux obstacles et à penser au skate. De nombreuses sessions en journée se sont terminées en soirées barbecue où tout le monde passait du bon temps.

des sessions et des tricks légendaires ont eu lieu au Ballroom photo by Alistair Freeman @countcoldsag.

 

Nous avons eu le Ballroom beaucoup plus longtemps que nous l’espérions et durant cette période, nous avons connu quelques revers avec du vandalisme. Du vandalisme ciblé qui a commencé avec des vitres brisées et des graffitis. Ces attaques arrivaient par vagues au fil des ans, certaines pires que d'autres. Nous venions certains week-ends et le park entier était retourné. Si ce n'était pas vissé, ça le serait à l'autre bout du park. Une fois, nous avons eu plus de 20 sacs de béton que nous avions entreposés pour l'espace extérieur, découpés et jetés sur les rampes, puis ils ont vidé toutes nos bouteilles d'eau potable par-dessus. Nous savons tous ce qui se passe lorsque vous mélangez du béton et de l'eau. Un matin, nous sommes entrés et avons trouvé la boule à facettes brisée en morceaux au-dessus de la grind box. Nous savions que ces gamins voulaient juste détruire ce que nous avions construit. L'endroit a été incendié et les rampes et le sol ont été brûlés. Tout ce que nous pouvions faire était de reconstruire. Et c'est ce que nous avons fait. J'avais parfois l'impression que ce genre de choses arrivait tous les week-ends. C’est ce qui a finalement fait disparaître le Ballroom. Le vandalisme a pris le dessus et la réparation du lieu devenait trop coûteuse en temps et en argent. C'étaient des voitures remplies de types qui venaient tôt le matin avec des pieds de biche, des marteaux et des outils électriques pour démonter les rampes. C'était ahurissant que les gens fassent ça. Je suppose que la joie que nous avons eue à y faire du skate était à la hauteur du plaisir qu'ils ont eu à le détruire. 

La communauté a commencé à s'effondrer avec des sessions de skate du week-end se transformant en sessions de balayage. Voir ce que vous avez construit détruit chaque week-end vous démoralise. Au fur et à mesure que la présence de skateurs diminuait, le vandalisme s'est encore accru et le bâtiment est devenu une épave. Les propriétaires ont reçu des appels de la police concernant cette recrudescence de vandalisme et ils ont dû empêcher quiconque de venir sur le site. C'est à ce moment-là qu'ils sont entrés avec une pelleteuse, ont démoli les rampes et vissé des tôles sur toute la hauteur des fenêtres. Et ce fut la fin. Ce fut une belle aventure. RIP Ballroom.

RIP Ballroom

Les projets de skate DIY suscitent généralement un vrai sens de la communauté. As-tu des conseils à donner à ceux qui souhaitent se lancer dans le bricolage ?

Mon conseil à tous ceux qui veulent se lancer dans un projet de construction est de foncer ! Si vous trouvez un espace qui a du potentiel, c'est à vous de le réaliser. Il y a tellement de parks incroyables qui ont été retapés et vous devez juste vous rappeler que c’était au départ des espaces désaffectés. Un coin d'un parking envahi par la végétation, un espace sous un pont rempli de décombres, un bâtiment abandonné. Si vous voyez le potentiel, vous pouvez le réaliser. Ils n'ont aucun usage et vous pouvez y construire le skate park de vos rêves. Ce ne sera pas facile mais cela en vaudra la peine. Si vous le construisez, les gens viendront. La communauté skate s'épanouit sans aucun doute là où un park est reconstruit.

Tu as réussi à inclure le skate dans une grande partie de ton travail. As-tu trouvé des synergies ou des similitudes entre le skate et la menuiserie ?

C'est génial de pouvoir travailler dans l'industrie du skateboard en tant que fabricant de meubles, de pouvoir être payé en faisant quelque chose que j'aime. Je me considère très chanceux. Ce n'est pas toujours facile mais les récompenses en valent la peine ! Je suppose qu'avec le skateboard, vous ne pouvez compter que sur vous-même pour apprendre et réussir une figure. C’est comme avec le travail du bois : tout est entre vos mains pour apprendre et affiner les compétences dont vous avez besoin pour produire un travail de haute qualité. Vous n'obtiendrez une triple figure que si vous continuez à vous entraîner tous les jours et je constate la même chose quand je travaille le bois. Après chaque projet, j'apprends encore. Tant que vous progressez, vous pouvez être satisfait.

Peu de gens peuvent dire qu'ils ont construit leur propre maison ces jours-ci. Peux-tu nous en parler?

Ma petite maison était un projet parallèle depuis 7 ans. Cela a commencé avec un espace de stockage et le plan était d'avoir un petit atelier/studio. C'était un espace créatif que nous avons fini par louer entre amis. Nous avons commencé à y passer plus de temps et les choses ont commencé à se construire. Comme pour tous mes projets, beaucoup de choses ont été trouvées et réutilisées. 

La grande fenêtre à double vitrage et les portes-fenêtres ont été retrouvées contre une benne. La majorité du bois provient de chutes et de ce que j’ai trouvé dans les bennes aussi. Nous vivions tous à la maison ou sous-louions une chambre pourrie et le studio était l’endroit où nous pouvions tous nous évader et nous retrouver le soir. Je n’ai plus voulu rentrer à la maison.

Il y a quelques années, j'ai décidé d'investir de l'argent pour isoler et plâtrer la caisse en bois froide. Installer la plomberie et une cuisine. Cela a rendu la vie beaucoup plus confortable. Ce n'est que l'année dernière que j'ai installé une douche ! Avant cela, je prenais une douche chez mes amis mais souvent dehors sous un seau troué. Cela a été une évolution naturelle. 

L'atelier d'à côté a également été mis en location et j'ai réussi à l'avoir : maintenant mon atelier est connecté avec une entrée latérale pour que je puisse être au travail en 30 secondes. Le studio est maintenant un espace à vivre confortable pour moi et Bruno, avec une mezzanine pour dormir sous les étoiles. J'ai également une petite véranda où je fais pousser des plantes et une terrasse avec un barbecue entre les bâtiments où vous pouvez regarder de l'autre côté de la vallée jusqu'aux bois.

Et après ?

Cela fait quelques années que j’envisage de retaper une camionnette et je pense que le moment est venu. J'ai acheté un pick-up pendant le confinement et j'y travaille lentement. J'adorerais trouver un coin tranquille dans les bois et construire un pont de singe partant du toit de ma camionnette pour rejoindre une cabane dans les arbres au-dessus d'une mini rampe ou quelque chose du genre. On m'a offert l’opportunité d’aller travailler sur des projets très intéressants dans l'Essex, pour configurer un nouveau magasin de bois et construire des overlanders avec un vieil ami. Je garde mes options ouvertes et je vois où vont les choses. Je vais continuer à travailler avec mes clients et j'ai des projets sympas en préparation : que des choses excitantes en perspective !


  1. Veste Lined Eisenhower
    Veste Lined Eisenhower
    95,00 €
  2. Pantalon Storden
    Pantalon Storden
    79,00 €
  3. Veste Storden
    Veste Storden
    119,00 €
  4. Casquette de manionneur Bricelyn
    Casquette de manionneur Bricelyn
    29,00 €
    New in
  5. T-shirt Storden
    T-shirt Storden
    39,00 €
  6. Pantalon de travail 874 Flex
    Pantalon de travail 874 Flex
    69,00 €

READ OUR RELATED BLOGS

Why skaters love Dickies

In the 90’s Dickies were made popular by Julien Stranger and the Anti-Hero team and SF Based skaters, as well as the Zero Team/ Toy Machine Team (1996) Donny Barley, Jamie Thomas, and Adrian Lopez. They made it cool, and by skating in it, the influence started...

Read more
Italian Riviera Tour, supported by Dickies

Our Italian flow riders were planning a skate trip for a long time this last year, but due to covid-19 lockdown restrictions, the plan just never happened for obvious reasons… However, in September the situation seemed to improve a bit and we found the opportunity to reunite part of the team to hit the road around the North-West coast of Italy.

Read more
SKATE 23.10.2020
Italian Riviera Tour, supported by Dickies

Our Italian flow riders were planning a skate trip for a long time this last year, but due to covid-19 lockdown restrictions, the plan just never happened for obvious reasons… However, in September the situation seemed to improve a bit and we found the opportunity to reunite part of the team to hit the road around the North-West coast of Italy.

Read more

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

Revenir en haut de la page