RÉDUCTIONS MAINTENANT. JUSQU’Á 60% DE REMISE
LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS
15% DE RÉDUCTION SUR LES COMMANDES DE PLUS DE 100€
LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS
JUSQU'À 50% DE RÉDUCTION SUR LES PRODUITS OUTLET
EXPRESS GRATUITE POUR LES COMMANDES +85€
LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS
EXPRESS GRATUITE POUR LES COMMANDES +85€
LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS
EXPRESS GRATUITE POUR LES COMMANDES +85€
LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS

COMMANDEZ AVEC LIVRAISON EXPRESS (GRATUIT AU-DESSUS DE 75€) POUR OBTENIR VOTRE COMMANDE AVANT NOËL

BLACK FRIDAY: JUSQU'À -50%

LA ROUTE VERS BLACK FRIDAY EST LÀ. UTILISEZ LE CODE BLACKFRIDAY POUR UNE RÉDUCTION SUPPLÉMENTAIRE DE 25% SUR VOTRE PANIER

LA ROUTE VERS BLACK FRIDAY EST LÀ. UTILISEZ LE CODE BLACKFRIDAY POUR UNE RÉDUCTION SUPPLÉMENTAIRE DE 10% SUR VOTRE PANIER

LES VENTES ONT COMMENCÉ, PROFITEZ DE JUSQU’À 60% DE RÉDUCTION

Meet Rene Matić

Découvrez Rene Matić, à l’origine de « Singulièrement vôtre »

STORIES| 10.06.2021

Nous avons fait équipe avec l'artiste visuelle Rene Matić pour créer un design de T-shirt exclusif dans le cadre de notre collection « Singulièrement vôtre », célébrant la Pride et la communauté LGBTQ+.
Il y a quelques mois, Rene nous a accueillis dans son studio pour discuter de la source d'inspiration de son design et de ce que la Pride représente pour elle. Regardez la vidéo complète pour découvrir son travail et continuez votre lecture pour en savoir plus sur ce qui motive l'artiste.

 

Bonjour Rene ! Nous sommes ravis de vous compter parmi nous pour ce projet ! Parlez-nous un peu de vous et de votre parcours.

Je m'appelle Rene Matic ; je suis artiste conceptuelle et j'ai 23 ans. Je suis originaire de Peterborough mais je vis actuellement dans le sud-est de Londres, dans mon studio de Peckham. Je travaille sur l'identité britannique noire, la diaspora, la Britannia métisse et ce que cela représente. Je m'intéresse tout particulièrement aux conséquences de l'immigration et de la migration. Je m'inspire de mouvements de danse et de musique tels que le 2 tone, la soul, le skinhead, le ska ; tous ces genres musicaux sont nés des relations entre Blancs et Noirs en Grande-Bretagne. Je fais beaucoup de recherches, et mon travail se manifeste de différentes manières, à travers l'écriture, la peinture, la photographie, le cinéma ou les textiles. En ce moment, je me passionne pour les drapeaux, et je vais bientôt sortir un livre intitulé « Flags For Countries That Don't Exist But Bodies That Do », qui résume bien pourquoi je m'y intéresse tant. Le cinéma est souvent le domaine dans lequel je me sens le plus à l'aise pour l’exploration, car les politiques qui sous-tendent l'utilisation d'une caméra sont très intéressantes en termes de représentation du corps noir. J’essaie donc de comprendre ce phénomène et de m’en servir pour reprendre un peu le pouvoir. C’est étrange, mais je ne peins plus depuis un an ; je trouve le langage de la peinture compliqué et je préfère donner vie à mes créations d'une manière plus réaliste. Les gens, les corps, les visages qui m'entourent, mes amis et ma famille, je préfère leur donner une plateforme pour qu'ils puissent exprimer leurs propres histoires, qui alimentent ensuite les miennes et le contexte plus large de la Grande-Bretagne dans laquelle nous vivons aujourd'hui.

 

Pouvez-vous nous expliquer un peu comment cela a influencé le design que vous avez créé pour la collection « Singulièrement vôtre » ?

Comme je l'ai dit, je m’intéresse beaucoup aux drapeaux, et j’étais en studio à travailler dessus lorsque Dickies m'a contactée. Comme la collection était en l'honneur de la Pride et que je suis une reine gay, je voulais faire une ode à toute la famille QTPOC (« Queer Trans People of Colour ») qui se sent souvent délaissée dans le drapeau trans. Les couleurs que j'ai utilisées sont les couleurs panafricaines : le rouge, le noir et le vert. Marcus Garvey a créé le drapeau panafricain en 1920. Le rouge représente la couleur du sang que les hommes doivent verser pour leur rédemption et leur liberté ; le noir est la couleur de la peau noble et de la race distinguée à laquelle nous appartenons ; le vert est la couleur de la régénération luxuriante de la patrie. Toutes ces notions sont rarement évoquées lorsqu'il est question de l'intersection de l’identité noire et queer avec le panafricanisme. Le panafricanisme est la notion et l'idéologie de toute la diaspora africaine, des facteurs qui nous rassemblent et des histoires et récits que nous avons en commun. Je trouve que cela coïncide rarement avec l’identité queer. C'est pourquoi je voulais que nous ayons notre petite heure de gloire sur ce T-shirt, pour faire flotter tous nos étendards à l'unisson.

 

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos inspirations ? Qu'est-ce qui vous pousse à créer ?

Ma famille est une source d'inspiration importante. Mon père revient sans cesse dans mon œuvre en raison de son histoire et de son parcours, mais ma mère aussi. Leur relation en tant que couple métisse était délicate et intéressante pour moi qui en suis le produit. Nina Simone est une autre grande source d'inspiration pour moi ; pendant mon enfance, je pense qu'elle a été la première personne que j'ai vue exprimer quelque chose à travers son art. J'étais très jeune quand on m'a fait découvrir Nina. Elle est probablement l'une des premières musiciennes à avoir influencé mon travail. Aujourd'hui, je m'inspire énormément de grands genres musicaux en raison de leurs paroles, des cultures dont ils sont issus et des sous-cultures qu'ils ont engendrées. Ma femme est une immense source d'inspiration ; elle est incroyable, bien sûr. Et je dirais surtout le climat politique ; dire cela peut sembler bizarre, mais c'est vraiment un point de départ important pour moi. Mais pour l'instant, je ne pense qu'à la danse et à la musique.

 

Comme vous le savez, nous vous avons demandé de baser votre design sur l'expression « Singulièrement vôtre ». Pouvez-vous nous expliquer comment vous avez interprété cette expression et ce qu'elle signifie pour vous ?

C'est une question à laquelle il est difficile de répondre. Je ne pense pas qu'elle ait une signification particulière pour moi, et c'est bien là l'idée ; elle est illimitée et insaisissable, et je crois que c'est justement ce qui la rend fascinante. On ne peut pas la saisir, elle n'est rien, et donc elle est tout ; c'est ça, la liberté. « Singulièrement vôtre » signifie à la fois tout et rien ; il est impossible pour moi de répondre à cette question parce que cette expression ne devrait pas être définie ni saisie. C'est ce qui fait la beauté de la chose pour moi, c'est cette liberté.

 

Avez-vous vu la Pride évoluer ou changer en Angleterre depuis que vous vivez à Londres ? Si oui, comment ?

La Pride est une chose étrange ; je ne me suis jamais sentie incluse dans ce mouvement. Elle a été très influencée par les Blancs, qui en sont le centre depuis longtemps. Ce n'était pas le cas autrefois, avec Marsha P. Johnson et toutes ces autres grandes figures. J'ai donc l'impression que ça vient par vagues, et il y a un soupçon de revendication de cette énergie et de retour aux racines de la Pride : sa raison d'être, la lutte et l'amour. L’amour en est l'essence même, et je me retrouve souvent à me rappeler de revenir à cette idée d'amour dans mon travail. Il est important de se souvenir de la raison pour laquelle nous faisons ce que nous faisons. Plutôt que de sentir un poids sur mes épaules, j'essaie de le soulager en revenant à la notion de l'amour et d'aimer ma communauté, ma femme, ma famille. Je ressens beaucoup d'amour pour ma communauté à Londres ; je dirais donc que c’est positif, mais nous continuons à avoir ces résurgences en réponse à la violence sur les corps queer. Toute la communauté doit se reposer et faire une pause, pas nécessairement les uns des autres, mais du reste du monde.

 

Quel a été l'impact de l'année écoulée sur votre pratique créative ?

 Je n'ai obtenu mon diplôme qu'au début du confinement, en juin. Ça ne fait même pas un an que je suis diplômée, et je n'ai pas encore ressenti ce que c'est que de travailler en dehors de l'université, dans un monde sans confinement. C'est donc difficile pour moi de savoir comment cela m'a affectée. Cela dit, j'ai énormément lu, j'ai eu plus de temps et d'espace pour me calmer et ne pas me mettre la pression pour créer et participer à des événements. C'est important, et ça a été fantastique. Mais d'un autre côté, l'inspiration du monde, des voyages, de l'attention au monde extérieur et aux gens me manque. Ça me manque car ça influence ma pratique plus que je ne le pense. Dans ce sens, je dirais que cela a eu un impact sur mon art.

 

Quel a été l'impact de l'année écoulée sur votre communauté ?

Cette année très bizarre a eu un impact sur mon travail et sur la communauté. Le plus dur est que nous n'avons pas pu être ensemble. C'est une sensation étrange parce que beaucoup d'entre nous viennent à Londres pour avoir ces familles et ces relations choisies qui nous aident et nous améliorent. Nous nous y sentons à l'aise, et le fait qu'on nous les enlève a créé un vrai manque. Je dirais donc les corps qui se touchent, les baisers et les câlins... Nous n'avons pas pu vivre toutes ces choses fabuleuses qui nous permettent d'apprendre à survivre en tant que queer. J'ai donc hâte de me retrouver sur la piste de danse, je veux danser le slow avec quelqu'un, puis danser comme une folle et autant que possible ! Je pense que ça a été très dur pour la communauté, et tout ce que cela implique.

 

Suivez l'incroyable travail de Rene via son compte Instagram @rude.boy.rene et son site Internet. N’oubliez pas de découvrir le design exclusif de Rene pour la capsule « Singulièrement vôtre ».


  1. Salopettes Work of Art Uniquely Yours Collection Pride
    Salopettes Work of Art Uniquely Yours Collection Pride
    99,00 €
    New in
  2. T-Shirt Yours, Ours Uniquely Yours Collection Pride
    T-Shirt Yours, Ours Uniquely Yours Collection Pride
    35,00 €

READ OUR RELATED BLOGS

Why skaters love Dickies

In the 90’s Dickies were made popular by Julien Stranger and the Anti-Hero team and SF Based skaters, as well as the Zero Team/ Toy Machine Team (1996) Donny Barley, Jamie Thomas, and Adrian Lopez. They made it cool, and by skating in it, the influence started...

Read more
Italian Riviera Tour, supported by Dickies

Our Italian flow riders were planning a skate trip for a long time this last year, but due to covid-19 lockdown restrictions, the plan just never happened for obvious reasons… However, in September the situation seemed to improve a bit and we found the opportunity to reunite part of the team to hit the road around the North-West coast of Italy.

Read more
SKATE 23.10.2020
Italian Riviera Tour, supported by Dickies

Our Italian flow riders were planning a skate trip for a long time this last year, but due to covid-19 lockdown restrictions, the plan just never happened for obvious reasons… However, in September the situation seemed to improve a bit and we found the opportunity to reunite part of the team to hit the road around the North-West coast of Italy.

Read more

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

DICKIES     WORKWEAR SINCE 1922     FORT WORTH TEXAS U.S.A.

Revenir en haut de la page