LIVRAISON SANS CONTACT GRATUITE
RETOUR GRATUIT - 60 JOURS

Rencontrez Kem Mehmet et Amy Freeman, les vedettes de « United by Dickies »

UNITED BY DICKIES| 25.09.2020

C'est une période passionnante pour nous chez Dickies. Nous venons de lancer notre toute première campagne mondiale de marketing multimédia, « United by Dickies ». La campagne défend la dignité du travail avec notre talentueuse communauté mondiale de créateurs, en les unissant par un langage commun : l'inspiration. Si vous ne l'avez pas encore découverte, vous pouvez le faire ici.  

Nous avons réuni un groupe hétérogène d'acteurs et de créateurs pour notre campagne, des artisans traditionnels aux catalyseurs culturels, tous s'accordant parfaitement avec les vêtements de travail Dickies. Aujourd'hui, le barbier Kem Mehmet et l'artiste Amy Isles Freeman sont nos vedettes européennes.

Basé à Londres, la vision et l'ambition de Kem l'ont conduit à devenir bien plus qu'un barbier ordinaire. En plus de son salon de coiffure à succès – Cuts and Bruises – il dirige Basement.57, un espace privé situé sous son salon où il organise des événements autour de son autre grande passion, la musique.  

Comme Kem, Amy ne s'est pas contentée de rester dans sa voie. En plus d'être une artiste talentueuse vivant à Brighton, elle a sa propre émission de radio appelée « Lady Love » qui soutient les voix féminines et non binaires.

Regardez la vidéo de leur campagne ci-dessous :

 

Nous avons rencontré ce duo motivant pour discuter avec eux de la campagne, de leur métier et de ce qui les inspire. Lisez la suite et apprenez-en plus sur ce duo créatif !

 

Tout d’abord, félicitations pour votre travail sur notre campagne « United by Dickies ». Vous en êtes l'incarnation et avez fait un travail formidable. Pouvez-vous nous dire qui vous êtes, où vous êtes basé et ce que vous faites ?  

 

Kem Mehmet : Merci ! Je m'appelle Kem, alias Klipperkem sur les réseaux, et je suis basé à Londres, au Royaume-Uni. Je suis barbier depuis 17 ans et propriétaire du salon de coiffure Cuts & Bruises et de l'espace événementiel et musical Basement.57.

Amy Isles Freeman : Bonjour ! Je m'appelle Amy Isles Freeman, et je suis une artiste vivant à Brighton. Je réalise des illustrations sur de nombreux supports, notamment des vêtements, des imprimés et des peintures murales, autour de la sexualité féminine et des formes naturelles.  

Kem Mehmet
Amy Isles Freeman

 

La campagne « United by Dickies » raconte l'histoire de personnes réelles, qui vivent de véritables moments qui inspirent les gens du monde entier par leur créativité et leur éthique. Qu'est-ce qui vous a incité à exercer votre métier ?  

KM : Je fais partie de la deuxième génération de coiffeurs, ma mère a été coiffeuse pendant près de 40 ans et a été l'un des adultes actifs les plus heureux que j'ai vu dans ma jeunesse. J'ai récupéré les outils du métier (de ma mère) à l'âge de 15 ans, après qu'on m'ait dit de ne pas le faire. Je n’ai pas arrêté depuis.  

AIS : Lorsque ma sœur et moi étions petites, maman dessinait tout le temps. En vacances, c'était notre jeu. Elle nous donnait des consignes pour concevoir une gamme de matériaux à utiliser pour la mode et le mobilier de maison, elle nous aidait à créer des natures mortes sur notre table basse, et nous posions pour elle pendant des heures pendant qu'elle dessinait nos visages grognons. Elle a étudié le graphisme à Glasgow et a ensuite eu une carrière d'illustratrice dynamique et fructueuse. C'est pourquoi on m'a martelé depuis toujours que je devais créer des œuvres qui se vendaient.  

Mon travail explore la sexualité, la joie et la liberté féminines. Ce thème a commencé à l'école d'art, lorsque je me suis plongée dans le monde de l'art féministe. J'aimais l'émotion brute, mais si la colère de l'œuvre résonnait en moi, elle ne se manifestait pas authentiquement dans mes propres expressions. En 2013, j'ai visité une exposition des œuvres de Dorothy Iannone ; cela a tout changé pour moi. Haute en couleur, insolente et hilarante, je me promenais dans l'exposition vide, mon rire rebondissant sur les murs. Elle a utilisé le meilleur outil de communication pour transmettre son message : l'humour. Dès lors, j'ai ressenti la liberté de faire un travail qui provoquerait au moins un sourire, si ce n'est un rire. Voir le travail d'une femme qui explore la sexualité sans honte a fait naître un feu en moi.

À partir de ce moment, mon travail a été axé sur la figure féminine. Dans un monde de l'art où le nu est soumis, j'ai voulu créer des œuvres qui montrent la nudité active et joyeuse des femmes, souvent à la poursuite d'autres femmes. Mon art traverse mon identité en même temps que ma sexualité. Lorsque j'étais à l'école d'art en Cornouailles, je me suis réjouie de pouvoir exprimer mes désirs et mes rêves homosexuels dans un lieu où les possibilités étaient en réalité très limitées. Dessiner et peindre mes femmes m'a aidé à trouver ma place dans la communauté LGBTQ+.

 

L'un des principaux objectifs de la campagne est l'exploration de l'inspiration qui nous unit. Pouvez-vous donner des exemples de la façon dont cela s'est manifesté pour vous ? Et comment restez-vous inspirés ? Avez-vous des conseils ou des astuces ?

KM : Je m'inspire de presque tout ce qui m'entoure. Au début de ma vie/carrière, je me concentrais davantage sur le métier lui-même. J'observais les meilleurs de l'industrie et j'étais attentif au moindre détail, essayant de comprendre pourquoi ils étaient différents des autres. Une fois que j'ai compris ça, je suis parti en voyage avec mon métier, passant par Hong Kong, Singapour et Moscou - une occasion de voir comment les autres représentaient leur activité et de partager mes connaissances avec eux sur ce sujet. Tout cela m'a conduit à posséder mon propre salon, un espace où je pouvais exercer des années d'influence et projeter une grande partie de ce que je suis dans un espace physique.  

Un conseil : aimez ce que vous faites et ne vous laissez pas décourager par les autres. Continuez à avancer.  

AIS : Je regarde toujours le travail des autres artistes pour m'inspirer. Rien ne vaut le fait de s'asseoir avec un carnet à dessin dans une galerie, regarder les lignes tracées par la main d'une autre personne et les recréer avec la mienne. J'ai des livres d'art que j'ai hérités de ma mère, et beaucoup que j'ai collectionnés dans des magasins d’occasion. Si jamais je me sens coincée, je m'assois avec l’un de ces livres et je choisis les palettes de couleurs qu'ils ont utilisées, de nouvelles façons de dessiner auxquelles je n'avais pas pensé, des formes que je n'avais pas vues moi-même auparavant.  

Kem Mehmet

 

Cherchez-vous l'inspiration auprès d'autres créateurs ?

KM : Mes plus grandes sources d'inspiration sont les personnes qui m'entourent et qui apprécient et excellent dans ce qu'elles font, qu'il s'agisse de ma famille ou de mes amis. Voici quelques entreprises/projets qui m'ont beaucoup inspiré :

@nomadbarber – Il m'a montré comment l’art du barbier est différent dans le monde entier.  

@schorembarbier – Il m'a montré comment le fait de ne pas s'excuser de la façon dont vous faites les choses peut vous mener loin.  

@rocketbarbershop – Après être revenu d'un mode de travail très corporatif à Hong Kong, il m'a accueilli dans un Londres qui me manquait beaucoup.  

@thepanicroom_sg

@houndsofthebaskervilles – Ces deux salons sont très différents l'un de l'autre mais m'ont rappelé ce qu'est vraiment le travail du barbier : rire et être soi-même avec ses collègues et ses clients. Une ambiance familiale très cool.

AIS : Toujours. J'adore le travail de @camperkillustration, @clairepony, @petraborner, @ashlukadraws, @sophiegloverdrawing et plein d'autres encore.

 

On dit qu'avoir de la passion dans son travail est la clé du succès, êtes-vous d'accord avec cela? Pour tous ceux qui voudraient se lancer dans votre métier, avez-vous des conseils qui pourraient les mettre sur la bonne voie ?

KM: 100 % d'accord. La passion vous permet de vous réveiller le matin avec une flamme en vous qui ne peut pas être éteinte. Cela vous conduira plus loin que vous ne l'auriez imaginé et vous ouvrira des portes faciles à franchir. Ne courez jamais après l'argent et suivez toujours votre instinct. N'ayez pas peur de faire des erreurs – ce sont les meilleurs enseignements que vous puissiez tirer.  

AIS: C'est certain que la passion est un ingrédient, mais ce n'est pas tout. Je suis incroyablement privilégiée d'être devenue une artiste à plein temps. Pendant de nombreuses années, j'ai eu des amis et de la famille que je pouvais appeler lorsque la trésorerie était un problème (souvent), et les portes me sont ouvertes parce que je suis blanche et de classe moyenne.  

Souvent, l'option la plus facile et la plus sensée aurait été d'abandonner et de trouver un emploi avec un salaire et des congés payés, et je suis ravie de ne pas l'avoir fait. Être ma propre patronne, créer des opportunités et contrôler mon temps est un mode de vie auquel je ne peux pas imaginer renoncer maintenant. Ce n'est pas facile, mais les joies sont si grandes.  

Amy Isles Freeman

 

Dans « United by Dickies », nous montrons que l'inspiration est partout et que les créateurs font plus que simplement perfectionner leur art. Quels sont vos centres d'intérêt, quelle influence ont-ils sur votre travail, ou qui êtes-vous plus généralement ?  

KM : Mes autres passions sont la musique, l'art et la gastronomie. J'ai récemment transformé mon studio de tatouage qui se trouve au sous-sol du salon Cuts & Bruises en un espace de musique en direct et en galerie.

J'ai toujours eu une liste de lecture très éclectique et j'ai beaucoup d'amis dans l'industrie de la musique. J'adore accueillir les gens, alors j'ai décidé d'utiliser mon sous-sol (maintenant Basement.57) pour en faire un lieu où je pourrais tout réunir. Je me fais tatouer depuis 14 ans maintenant et je suis un collectionneur passionné. J'aime manger et cuisiner de nouveaux plats et j'ai toujours apprécié des gens comme Gordon Ramsay – je pense aussi être un bon critique des saveurs et du service.  

AIS : J'ai une émission de radio appelée Lady Love sur la station communautaire locale Radio Reverb. Ce programme célèbre les voix féminines et non binaires. J'adore découvrir de nouvelles musiques et rencontrer des gens dynamiques, explorer des thèmes qui me tiennent à cœur et dont il est intéressant de discuter. Les gens m'interpellent beaucoup, et comme mon travail est souvent solitaire, l'émission me permet de découvrir le monde et d'interagir.  

Chaque été, je vais marcher dans les champs pendant deux mois, créant et vendant pendant la saison des festivals. Travailler en équipe, rencontrer de nouvelles personnes, danser et découvrir – c'est ma période préférée de l'année. Tellement de nouveaux stimuli pour combler mes yeux et mes oreilles, et tellement de nouveaux esprits avec lesquels parler de tout cela.

 

Comment avez-vous vécu la campagne « United by Dickies » ? Y a-t-il quelque chose que vous retirez de cette expérience ?  

KM : J'ai vraiment apprécié de travailler avec l'équipe de Dickies sur ce projet. Étant déjà fan de la marque depuis mon enfance, c'est vraiment flatteur d'être remarqué et valorisé par eux. Les plateformes de réseaux sociaux étant ce qu'elles sont aujourd'hui, je fais très attention à ne pas « me vendre », donc c'est génial de travailler avec une marque avec laquelle le respect est mutuel. Je serais certainement prêt à travailler sur d'autres projets de ce type.  

AIS : J'ai adoré faire partie de la campagne. On peut parfois perdre toute perspective quand on ne se voit pas et qu'on ne voit pas son travail à travers le regard de quelqu'un d'autre pendant un certain temps. J'ai apprécié de pouvoir me comprendre à travers un autre prisme, de me sentir valorisée par la reconnaissance.  

 

Par vos activités créatives et votre travail, vous êtes évidemment en parfaite adéquation avec la marque, mais qu'est-ce qui vous attire personnellement chez Dickies ?   

KM : J'ai toujours apprécié la façon dont Dickies s'est fait connaître et les personnes avec lesquelles ils ont choisi de s'associer pour ce faire. Faisant du skate depuis tout petit et exerçant ensuite un métier où les vêtements de travail ont encore leur place, Dickies est une marque avec laquelle j'ai littéralement grandi.  

AIS : Les vêtements de travail ont toujours été passionnants pour moi – les vêtements que vous pouvez porter quand vous êtes assez bon pour faire quelque chose correctement. Vous légitimez votre compétence lorsque vous avez la tenue qui le prouve.


Revenir en haut de la page